Bande à part

Articles

Manifeste pour le bruit : Montréalais, que faites-vous?

Le 26 mars 2010    par Yuani Fragata

Hier soir, un résident a porté plainte au Service de police de la ville de Montréal pour la musique forte émanant d’une salle du centre-ville. La réponse policière, soit de faire baisser le volume de moitié, soulève des questions quant au mandat du quartier des spectacles. Je me permets d'écrire cette lettre ouverte aux Montréalais.

Chers concitoyens,

Je vous écris cette missive à la suite d'une soirée gâchée par un honnête citoyen n'aimant pas se faire déranger pendant son sommeil. Tout à fait compréhensible, me direz-vous, mais la nature de la plainte se fait un peu infirmer par le contexte dans lequel elle s'est manifestée.

Hier, à la Société des arts technologiques, le Californien Flying Lotus venait nous rendre visite avec son gros son dansant. La SAT, salle de diffusion d'arts numériques et de musiques électroniques, est située en plein coeur du quartier des spectacles, sur la main, aussi connue sous le nom de boulevard Saint-Laurent. Pour vous situer, c'est au coin de la rue Sainte-Catherine, voisin des Foufounes Électriques, du Métropolis, du Club Soda et des Katacombes : des lieux bruyants.

Ah! le quartier des spectacles : terre promise du festoiement, saint Graal des arts de la scène, Mecque du bruit sous toutes ses formes; car le bruit, disons-le franchement, on commence à manquer d'endroits où l'on peut en faire dans notre chère métropole.

Quand le Zoobizarre s'est effondré sous un constant harcèlement policier issu des plaintes des résidents contre le bruit, résidents qui jugeaient que vivre sur une artère commerciale leur garantissait tout de même le droit à la quiétude, nous nous sommes dit : « Bon... C'est tout de même un quartier résidentiel, mais au moins on nous promet un quartier des spectacles. »

Quand le Main Hall, la Casa del Popolo et le Green Room ont fait face à des plaintes de bruit qui ont handicapé leur capacité à tenir des évènements, on s'est dit : « C'est débile! Le plateau a toujours été un quartier bruyant et l'on était là avant les condos, mais au moins il nous reste le quartier des spectacles. »

Tous ces endroits, quand nous les avons vus fermés ou menacés de fermeture pour d'autres infractions, nous savions que la vraie nature de ces actions était une guerre au bruit que la ville se livrait à elle-même. Toutefois, nous regardions le quartier des spectacles en nous disant qu'il nous resterait au moins cet endroit pour nos manifestations sonores.

Maintenant, je vous pose une question, chers concitoyens de cette ville que j'aime tant :

Quand la guerre au bruit se transporte dans ce quartier où l'on nous a promis la liberté de produire tout le tapage que nous voulions, que nous reste-t-il?

Nous, Montréalais, sommes prétentieux et paresseux. Nous nous complaisons avec une image mentale de notre ville fondée sur des idées qui nous viennent des années folles du jazz à Montréal. Nous pensons que nous avons le monopole sur la vie nocturne au Canada, souvent sans être allés voir ce qui se passe à Toronto. Nous croyons que les gens qui passent par ici sont vraiment impressionnés par notre environnement nocturne, mais la vérité est toute autre.

Je reviens d'Austin. Vous voulez voir c'est quoi la fête? 6th Street un vendredi soir. Êtes-vous déjà allés à Rio de Janeiro? Lapa le week-end. Berlin, vous connaissez? Barcelone? Lisbonne? Bangkok?

Montréalais, quel genre de ville désirez-vous habiter? Au rythme où les forces de l'ordre matraquent les lieux de diffusion, notre vie culturelle va se retrouver aux oubliettes en moins d'une décennie. Je sais que ça va sembler alarmiste, mais il y a des précédents.

Voulez-vous le modèle de Manhattan qui a été épuré de ses clubs, incluant le légendaire Twilo, parce que le maire Giuliani a décidé que le bruit c'était fini? Peut-être préférez-vous d'une ville comme Paris, où il est impossible d'avoir une sonorisation qui pousse à sa pleine capacité parce que les règles municipales l'interdisent? Cité d'un article du New York Times sur la mort de la nuit parisienne : « La capitale se couche tôt et empêche les noctambules de vivre leurs passions. La faute aux règlements et à l'embourgeoisement général. » Tiens donc! Vous voyez des similitudes?

Ne préférez-vous pas un modèle comme Austin, ou Rio, où l'on concentre tout à un endroit, mais à cet endroit on ne se plaint pas quand les décibels montent?

Un choix s'impose, parce qu'à ce rythme, c'est une lente destruction de la musique la nuit qui s'exécute. Si l'on veut préserver ce qui nous reste comme lieux de diffusion et se doter d'un réel quartier des spectacles, n'est-il pas temps de commencer à faire des plaintes nous aussi?

Dans son classique ouvrage Bruits, Jacques Attali dit que le son est présage de changements à venir. En ce moment, les seuls qui font du bruit, ce sont les amants du silence.

Pensez-y.

Yuani Fragata
Réalisateur-coordonnateur Bande à part
(aussi danseur et rockeur quand la police lui permet)

 

 

58

  • le 10 août 2010 11:25 par Yuani

    Madame,

    Je tiens à vous présenter mille pardons de vous avoir vexée, mais vous comprenez mal mon propos. Je ne suggère aucunement que faire du bruit est une forme de "liberté", mais je soutiens que la liberté de faire du bruit est intrinsèque à une vie nocturne en santé et qu’une vie nocturne en santé est sous-jacente à une vie culturelle riche.

    Croyez-vous qu’Arcade Fire soit sorti d’un vase clos pour vendre le Madison Square Garden à deux reprises la semaine dernière? Non, ils se sont exercés sur les planches de la Sala Rosa et de la Casa del Popolo. De même pour Poirier qui s’exécute aujourd’hui au Métropolis ou au Club Soda. Pensez-vous en toute sincérité qu’on arrive sur un système de son ce cette puissance en improvisant? Non! Dans le cas de Ghislain, on s’exerce sur les systèmes plus petits du Zoobizarre et du Main Hall; deux salles qui, dois-je le rappeler, n’existent plus.

    On ne crée pas des artistes de calibre international sans les exposer à de la musique contemporaine avant-gardiste ou sans leur donner des lieux où développer leur pratique, d’où l’importance de petites salles et de salles de taille moyenne pour combler ces deux besoins. La crise c’est quand ces salles se font infirmer et fermer.

    Ultimement mon argument c’est qu’on doit avoir une zone où le bruit est permis, c’est pour ça que je donne les exemples d’Austin et Rio où la 6e rue et le quartier Lapa sont des zones franches où la police ne répond pas aux plaintes de bruit.

    Avec tout le respect que je dois à mes concitoyens qui habitent le quartier des spectacles, puis-je vous demander pourquoi choisir d’aller habiter là si vous n’aimez pas ce qui s’y trouve? Si on se fie à la réponse du maire à la lettre ouverte de Ghislain Poirier, réponse que j’ai eu la chance de lire récemment, le noyau Ste-Catherine/St-Laurent demeure au coeur d'un plan de développement qui mariera vie urbaine et manifestations culturelles plus ou moins bruyantes.

    On est quand même en plein coeur du centre-ville Madame...

    Quant à vos commentaires sur la clientèle de la SAT, ne pensez-vous pas qu’il soit possible que le mépris soit une mince ligne invisible et que les intentions que vous prêtez à leurs regards ne sont que le reflet de ce qui sort du vôtre? Comme a écrit Pete Townsend et chanté Roger Daltry des The Who : « The kids are alright. »

    Amitiés

    Yuani Fragata, Réalisateur-coordonnateur Bande à part

  • le 10 août 2010 03:49 par Pasenviedelepartageravecdesfachosdéguisésencools

    Je suis Montréalaise et j'habite le quartier du comble de l'aliénation politique dit des spectacles. J'ai compris par votre Manifeste que faire du bruit équivaut à être libre et qu'aimer être tranquille, c'est être prétentieux et paresseux. Plus réducteur que ça, tu meurs. Alors, il paraît qu'on a des règles plus strictes contre le bruit à Paris et à New York ? Si je pouvais, je déménagerais demain à Paris et cette nuit-même à New York. Et je vous souhaite sincèrement de pouvoir aller vivre à Barcelone, Rio de Janeiro ou Bangkok, parce que la guerre contre votre bruit, je l'espère, ne fait que commencer. Enfin, votre article m'a totalement donné le coup de pied nécessaire pour accélérer "la destruction de la musique de nuit qui s'exécute" (en passant, bravo pour le français bizarre ici...). Merci les Sats ! (Déjà que je vous aimais pas d'avoir fait disparaître mon billard préféré... ni pour les exhalaisons de snobisme qu'on sent chaque fois qu'on s'approche de vos locaux, genre mépris d'enfants rois qui en sont encore au stade d'essayer d'impressionner maman-papa avec leurs tatouages et piercings de chez Sears-tatouage-et-piercings [comment fait-on pour se trouver original quand de Bangkok à Montréal en passant par Barcelone et Austin, on porte TOUS des tatouages et des piercings, de plus si stéréotypés ?] et leur bruyant-de-peur-qu'on-les- remarque-pas bandàpartisme).

  • le 28 avril 2010 11:52 par Écologie sonore

    Il est clair que le débat autour du statut du Quartier des spectacles va bien au delà de la gestion de simples plaintes causées par le bruit. Quel type de ville les Montréalais veulent-ils se donner? Comment la vie nocturne qui a fait la réputation de Montréal pendant si longtemps peut survivre si on transpose au centre-ville de Montréal des "normes" de cohabitation de type "Banlieue"?

    Pour continuer le débat:
    http://interactif.onf.ca/ecologiesonore

    Un webdocumentaire de l'ONF sur la pollution par le bruit et notre incapacité croissante à soutenir le silence!

  • le 13 avril 2010 21:22 par Cédric Sam

    Tiens Yuani, regarde ceci:
    http://www.urbanphoto.net/blog/2010/04/11/make-some-noise-hong-kong/

    Ça concerne la même sorte de débats sur le bruit, mais à Hong Kong, peux-tu imaginer...

  • le 11 avril 2010 17:12 par Flory

    L'Escalier semble avoir le même problème depuis peu... Il s'est fait coupé le sifflet. S'il faut une plainte pour arrêter la musique, j'ose croire qu'il faut une plainte pour la repartir.
    Pour vous plaindre, http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42811578&_dad=portal&_schema=PORTAL

  • le 5 avril 2010 09:59 par Mélanie Robert

    Notre société commence de plus en plus à être policer. Si on a un quartier des spectacles, c'est pour y faire des spectacles non pas pour y dormir. Je suis entièrement d'accord avec ce manifeste pour le bruit. Moi j'habite dans un quartier qui ne se trouve pas dans le centre-ville pour être tranquille. Les bourgeois n'avaient qu'à réfléchir en décidant d'habiter dans le centre-ville. Il faut être logique tout de même.

  • le 31 mars 2010 22:42 par Annie

    En accord avec le propos mais là où je vois un danger, c'est quand on parle de concentration des lieux de spectacles. Oui il y a un quartier des spectacles, mais il existe aussi d'autres lieux intéressants dans d'autres quartiers. Montréal ne peut être définie que par le centre et le Plateau sans qu'on ne la réduise. Dans notre quartier, Homa, il n'y a aucune règlementation existante qui permette à un PLAS de s'établir de diffuser des spectacles. Aucun endroit à part les maisons de la culture! Comment assurer la diversité et l'accès à la culture dans les quartiers si on les freine à l'entrée.

    Je suis pour des quartiers culturels en santé!!!

  • le 31 mars 2010 13:07 par Marc Ferland

    C'est le temps de monter l'son !!!
    Je veux du bruit..beaucoup de bruits !!!

  • le 30 mars 2010 18:16 par don

    si tu veux du silence , decalice a longueuil

  • le 30 mars 2010 11:41 par Carolan

    Merci, merci et merci pour ce manifeste!

    Le fait qu'on baisse le volume n'est pas seulement nuisible pour les fans qui paient 30$ le spectacle et plus... Cela nuit directement à notre capacité à attirer des artistes internationaux et favorise l'exode des artistes montréalais.
    L'équation est simple. Moins il y a de liberté, plus on en cherche ailleurs.
    Les Benga et Flying Lotus de ce monde risquent fort de ne pas vouloir revenir trop souvent dans notre belle métropole. On se rappelle aussi des incidents qui ont retenu Benga à l'aéroport cet été...

    Benga doit trouver qu'on est une ville loin d'être organisée. Et à leur place, moi me faire crier «louder» pendant un set entier, j'aurais abandonné. Donc un gros bravo pour sa patience.

    En fait, vous avez mis le doigt sur le vrai problème. Les résidents qui ont choisi ces locations pour y demeurer devaient être conscients qu'ils se trouvaient en zone potentiellement bruyante. Que vont-ils faire pendant le Festival de Jazz? Aller demander qu'on arrête les spectacles extérieurs?

    Scincèrement vôtre. Je vote pour le bruit.

  • le 30 mars 2010 02:11 par Gab

    Merci MERCI de cette lettre ouverte!
    Il est grand temps de se lever debout, nous, les oreilles amoureuses de fortes décibels!
    Quand un groupe de personne (ou pt même une seule..) en freine des centaines d'autres.. il y a un sacré problème!
    Montréal, t'es belle bruyante, reste-le!

  • le 29 mars 2010 23:46 par Lorraine

    également dégoutée... je ne comprendrai jamais les gens qui choisissent d'habiter dans le même immeuble qu'un club pour ensuite se retourner contre ce même club... les propriétaires devraient faire comprendre aux nouveaux locataires que c'est un endroit de "nightlife"... c'est ce que font les proprios de mon studio de pratique... ceux qui choisissent d'y habiter sont mis au courant que c'est une endroit dédié aux musiciens. le bruit est à leur risque et péril...

  • le 29 mars 2010 18:29 par Walt Presley

    Je seconde aussi!

  • le 29 mars 2010 18:23 par Kid Legit

    Vive la bruit!!

  • le 29 mars 2010 15:37 par DJ CHERRY COLA

    Bravo ! Bien dit !

  • le 29 mars 2010 15:04 par Lionel Furonnet

    Un grand bravo pour ce papier et j’ajouterais que ça fait mal au cœur de vouloir créer un quartier des spectacles autorisé à faire du bruit seulement 4 mois dans l’année (période des festivals) et désolé mais on vendra à personne que Montréal est une ville culturelle avec un Montréal en lumière sur l’année.
    Je déplore le fait que le quartier des spectacles soit uniquement un apparat pour touriste ou uniquement à grosse production. Ce type de projet doit être une occasion de faire valoir la communauté culturelle Montréalaise du petit lieu de spectacle aux plus gros et pas uniquement situé dans ce quartier. En passant , les petits lieux aussi ont besoin de financement pour faire des améliorations (acoustique/systeme de son/rénovation….).
    Des Montréalais qui aiment la musique sortent chaque jour dans ces lieux.
    La plupart de ces lieux se trouvent sur des grosses artères alors n’allez pas me dire qu’avant de vous installer dans votre beau logement vous n’aviez pas connaissance de la vie qui se dégagée autour de chez vous et que c’est pour ces mêmes raisons que vous avez bien voulu vous y installer. (Ahhh le beau quartier!!!)
    Certains quartiers sont reconnu pour leur vitalité grâce à leur commerce de jour et aussi de nuit alors svp, n’allez pas détruire le bon vivre de Montréal.
    Le Divan orange n’est pas exclu dans ces problèmes et nous aussi nous vivons avec cette hantise de la plainte de bruit.
    Le Divan orange qui vous suit le son dans l’tapis (avec Modération)

  • le 29 mars 2010 12:24 par Geneviève Legault

    Opérer une petite salle de spectacle, ce n'est pas une mince affaire. Ça prend un grand local bien situé, un propriétaire qui accepte votre vocation, ça prend un permis d'alcool, un permis de spectacle, beaucoup d'équipements, de bons groupes et un public. Ça coûte cher et on doit souvent assumer tout les risques seul. Il faut payer les groupes suffisamment bien pour qu'ils veuillent se déplacer mais le prix du billet doit rester bas pour ne pas rebuter la clientèle. Et cela ne suffit pas, il faut vendre de la bière, beaucoup de bières pour espérer arriver à la fin du mois. C'est énormément de travail pour un salaire dérisoire. Mais il faut croire qu'on aime ça.. Des subventions vous dites? Je n'en ai jamais trouvé ne serait-ce qu'une seule s'adressant à mon type de commerce.. Beau portrait non?

    Alors quand on fini par avoir un bon spectacle qui lève et que tout semble bien aller, on se passerait bien du bozo qui appelle la police pour faire baisser le son. Qu'il vienne plutôt assister au concert, qu'il s'achète une bonne paire de bouchons ou bien qu'il déménage dans un monde où les tondeuses font office de réveil matin le samedi.

    Décidément.. il n'y en aura pas de facile..

    Geneviève Legault
    Feu le Téléphone Rouge


  • le 29 mars 2010 11:26 par FP

    VIVE LE BRUIT!

  • le 29 mars 2010 11:10 par Élodie

    On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs. Si aujourd'hui les gens de partout accourent aux spectacles des Patrick Watson, Malajube et Arcade Fire dans les festivals et soirées grands publics, c’est à la base parce que ces formations ont pu faire leurs premières armes devant de petits publics avertis dans des salles de concert aventureuses qui, avouons-le, sont souvent les seules à prendre des risques. Pour rester vivante et dynamique, la scène artistique d’une ville a constamment besoin de se renouveler en offrant aux artistes débutants leur chance. Remettre en cause ce principe tient du manque de vision qui afflige depuis trop longtemps la direction de la métropole québécoise.

    Je suggère qu’au lieu d’harceler ces lieux de création, qu’on octroie un rôle préventif à la ville dans ce dossier. Par exemple, celle-ci pourrait offrir une expertise et des subventions pour insonoriser les endroits dédiés aux spectacles, pour que, pour une fois, la ville fasse partie de la solution et non du problème.

  • le 29 mars 2010 11:09 par Ricky

    Merci pour ce billet! Le Divan Orange et combien d'autres salles connaissent le même problème... Quelqu'un peut-il expliquer aux couche-tôt que la banlieue a été créée pour eux... Le bruit y est presque inexistant! J'encourage les bands de Montréal à sortir jouer dans la rue!!! Longue vie aux soirées montréalaises!!!

  • le 29 mars 2010 10:45 par annie gingras

    S'il veut être tranquille, il a bien le droit, mais pourquoi s'installer là où il y a du bruit??!!! Montréal est assez grand pour permettre à tous de trouver un endroit qui lui convient!!! mais où est caché le gros bon sens?!

  • le 29 mars 2010 03:45 par liss

    Don't let MTL become a No fun City like Vancouver! I have been making a documentary film about a similar situation that is happening in Van because of noise complaints, lack of independent art spaces, closure of venues etc..

    fight for your right to party montreal!

    watch the trailer: http://www.youtube.com/watch?v=_Pfs-dZExWU

  • le 28 mars 2010 18:20 par CB@Paris

    Il y a 6 mois à Paris a commencé une lutte plus que similaire à celle qui se profile dans cette lettre ouverte.
    Pour donner raison aux lieux de fête, la prefecture de Paris a autorisé l'ouverture des boites de nuits jusqu'à 7h du matin.
    Pourtant là n'est pas le problème.
    Les lieux de contre culture, ou de développement de nouvelles cultures sont fermés à la chaîne. La promotion immobilière tue le nouveau patrimoine qui pourrait redonner à Paris le dynamisme qui faisait sa réputation auparavant. Aujourd'hui, devant le centre George Pompidou, tous les squat d'artistes de partout en France se sont réunis pour faire entendre leur raison d'être. Reste à voir si l'on acceptera que leurs voix soient entendues.
    Si je suis une fervente admiratrice de Montréal, c'est justement parce qu'elle accueille une scène neuve, dynamique, illuminée, où se réunissent des personnes vivant de découvertes, et à la recherche de nouveauté, voir de rêve.
    Je suis attristée à la lecture de cet article. Est-ce le destin d'une ville que de devoir se coucher tôt? Le résultat d'un vieillissement général, d'une génération du dessus qui a pu en profiter mais qui ne laissera pas sa progéniture en faire de même?

  • le 28 mars 2010 16:06 par Philippe Morin

    Une société sans hétérotopie saine est une société mourante et dangereuse. À nous de choisir! Je réside au coin Sanguinet/René-Lévesque, en face de l'entrée de l'urgence St-Luc; à la croisée entre l'accueil Bonneau, la Old Mission Brewery et la maison du Père; à deux pas d'un établissement d'injection supervisé; dans une résidence universitaire, à l'étage des "doyens" de la résidence... J'ai fait le choix d'y rester et j'adore! Batinsse, vous habitez près de St-Laurent et René-Lévesque, vous vous attendez à quoi? (!)

  • le 28 mars 2010 11:59 par François Roy

    Le message m'interpelle vraiment mais je me pose la question... est-ce que la majorité veut vraiment du bruit à 2h00??

    Montréal est peut-être simplement et effectivement rendue plate au point de ne pas vouloir de bruit dans son quartier des spectacles...

    Enfin, j'encourage les "vouleurs" de bruits à se faire entendre!

  • le 28 mars 2010 10:42 par Christian

    Cela fait maintenant 2 mois que nous avons ouvert un endroit très convoité par plusieurs qui sont très heureux de nous avoir dans le Mile-End, nous avons eu plusieurs promoteurs de plusieurs styles de musique qui ont pu rencontrer des DJs et musiciens de toutes sortes. Le fait d'avoir pu avoir un espace où ces gens ont pu se connaître a fait en sorte que le mélange a inspiré beaucoup de monde parce que dans cet espace le droit à l'expérimentation a créé un engouement sans précédent. Mais voilà nous avons 2 voisins, une qui ne se plaint jamais et l'autre (de Toronto, soit-disant musicien) qui se plaint sans cesse à la police de Montréal. Nous lui avons offert de passer chez lui pour que l'on puisse déterminer avec lui ce qu'est pour lui le son trop fort. Il n'a jamais voulu nous parler directement!! toujours par l'entremise d'une tierce personne (nos proprios et le propriétaire de son bloc, ou la lettre de mise en demeure de l'avocat de son proprio) Donc pour nous, il nous est quasi impossible de savoir ce qui est trop fort sans que la police ou ses avocats n'interviennent... Tout ce que l'on voudrait est de pouvoir statuer ce qui est trop fort comme ça on aurait des balises que l'on sait on pourrait respecter!! Pour le moment, Le Donjon n'aura aucun autre choix que de baisser les Bass à un niveau tel que les artistes ne pourront plus s'exprimer sans avoir leurs sons handicapés à outrance... si jamais vous voudriez nous manifester votre appui nous sommes au 5118 Parc et sommes ouvert aléatoirement, notre horaire est sur le www.ledonjon.ca. Nous avons les permis de la ville en ce qui concerne le droit de réunion donc dans nos droits sur une avenue soit-disant commerciale...

  • le 27 mars 2010 20:09 par Martin

    Ce n'est pas une pétition qu'il faut lancer, mais bien une collecte de boîtes d'oeufs pour isoler le QDS...

  • le 27 mars 2010 19:03 par Swift

    J'habite au centre-ville et je n'entends généralement rien des bruits musicaux du confort de mon foyer. Ce qui dérange ce sont les malades qui crient comme des malades à 2h du matin. Si les gens agissaient respectueusement des habitants du quartier, il y aurait moins de plaintes. Encore une fois, il ne s'agit pas des artistes mais du public qui ne sait pas se tenir une fois sortie du club. Peut-être qu'à Rio ou à Austin les citoyens sont mieux éduqués? Je vis au centre-ville parce que j'adore cette ville, mais je refuse de me laisser marcher sur les pieds par les banlieusards qui pensent qu'ils peuvent pisser dans les rues de downtown et ensuite rentrer dans leur belle maison tranquille pour dormir. Soit dit en passant, je n'ai pas (encore) lancé de plainte officielle à la police.

  • le 27 mars 2010 17:41 par Jean-Francois Beausejour

    Tout est dit je crois, excellente intervention. Ceux qui ne sont pas contents d'habiter près du quartier des spectacles n'ont quand prendre leurs bébelles et foutre le camp en banlieue. Cet section de la ville est spécifiquement dédiée aux évènements musicaux et culturels, c'est pas comme si ça se passait dans Westmount! Désolé mais ici c'est la ville et le bruit vient dans le deal, surtout dans le "centre-ville".

    S'il y a une pétition qui par moi je signe presto. Ça va faire la dictature du petits nombre de nombrilistes qui ne pensent qu'à leur petit confort sans penser aux autres!

  • le 27 mars 2010 16:50 par kAt

    excellente lettre ! Le voisin qui s'est plaint n'était-il pas plutôt un jaloux qui aurait voulu qu'on lui offre l'entrée ? Parce qu'il faut vraiment haïr la musique pour demander à Flying Lotus de baisser le son...

  • le 27 mars 2010 16:40 par Evelyne Morin-Uhl

    Merci Yuani pour cet article rempli de bonnes pistes de réflexion.
    Si ça continue comme ça, la Montréal rock et culturelle que l'on aime tant ne sera reconnue que pour ces dimanches "Sons et brioches". Il ne faut pas, car Montréal est tellement plus que ça.

  • le 27 mars 2010 14:58 par J.

    C'est comme l'Olympia de Montréal qui construit des condos au-dessus de sa salle. Les nouveaux résidants se plaignent lorsque la salle est l'hôte de party ou de soirées autres Sherazade, spectacle de balieusards qui finit à une heure de banlieusard. Vous savez comment ils règlent le problème, eux ? Ils offrent des billets faveurs....... ?!?%"/!!?? Parce que les revenus des condos comblent pleinement le coût d'une tonne de faveurs..........

  • le 27 mars 2010 13:40 par Jacques Bouchard

    Libre aux gens de faire autant de tapage qu'ils le veulent à L'INTÉRIEUR de leur commerce. Je doute qu'aucun d'entre vous seraient défendeurs des drois individuels si j'allais faire pétarader ma grosse minoune sur votre petite rue tranquille à 3 heures du matin alors que vous tentiez de dormir. Deux poids deux mesures.

  • le 27 mars 2010 13:39 par Marie Larocque

    Putain de ville, avec leur répression! Où est rendu notre liberté...Merde! Pour une plainte, tous ceux qui ont payés un billet doivent encore en payer le prix et le désagrément... Aucun sens... Ça devient imbécile et ridicule Montréal... On va devoir partir ou mourir à petit feu...

  • le 27 mars 2010 12:10 par ilagam

    Tapage éloquent, criant de vérité en espérant que ces mots détonnent la où il faut !
    merci.

  • le 27 mars 2010 11:35 par Nath

    Félicitations pour cette lettre. On se demande dans quel genre de société stérile certaines gens on envie de vivre.Il semble que le moi et mon petit nombril n'ait rien compris. Ce qui est le plus désolant, c'est qu'on renforce ce genre de comportement en imposant des règles n'allant pas dans le sens de la majorité.Depuis quand la démocratie ne va plus dans le sens de la majorité?

  • le 27 mars 2010 11:32 par Matthew Hiscock

    A petition, with a copy held at every nightclub in the quartier des spectacles and plateau, could get 10 000 signatures in one weekend. We just would have to figure out what our demands are and find a photocopier....

  • le 27 mars 2010 10:26 par François Goupil

    Les gens qui achètent des condos dans de tels quartiers devraient effectivement s'attendre à être dérangés par le bruit...

    Par contre, je trouve anormal qu'un lieu où des spectacles dans lesquels le bruit excède facilement 100dB ne bénéficie pas d'une insonorisation adéquate afin de réduire les nuisances après des résidents du quartier - les murs de la SAT sont loin d'être insonorisants. Aussi, peut-être devrions-nous nous questionner sur la nécessité d'exposer le public à de telles pressions sonores qui avec le temps causent des dommages à l'ouïe. La montée en flèche des niveaux sonores lors des spectacles s'apparente au fait que les breuvages contienne de plus en plus de caféine, que les sensations doivent obligatoirement être de plus en plus fortes pour satisfaire les consommateurs. Est-ce vraiment utile pour apprécier la musique?

    Finalement, il n'y a pas que les résidents qui sont incommodés. Les producteurs de spectacles du musique non amplifiée (classique par exemple) peinent maintenant à trouver des lieux où le public et les musiciens ne seront pas embêtés par les rythmes d'un événement voisin. Il n'est pas rare d'entendre les basses fréquences de spectacles voisins lors des concerts de musique classique en ville...

    Le règlement de Paris contre le bruit excessif est peut-être trop contraignant mais je crois qu'il serait possible de pousser les propriétaires de salles de spectacles à faire leur bout de chemin pour réduire le bruit ambiant tout en faisant bien comprendre aux constructeurs de condos que leurs acheteurs devront accepter le bruit qui fait partie intégrante du quartier dans lequel ils se trouvent.

  • le 27 mars 2010 09:49 par kapuano

    tout ça n'a pas de bon sons!!!

  • le 27 mars 2010 09:31 par Frédéric Guindon

    Wouin, t'es crinqué mon Yuani;p

    Mais tu as raison. Je t'appuie à 100%. Par contre, je veux juste te mentionner que les Katacombes sont rendues au coin d'Ontario, donc pas tout à fait au coin dont tu parles.

    Mais c'est pas grave, FIGHT THE POWER pareil!

  • le 27 mars 2010 09:19 par David Dufresne

    Peut-être que tout le monde pourrait apporter ses écouteurs et se brancher sur la console ? Faudrait se démerder avec les câbles mais je fais l'hypothèse que c'est plus simple que de se démerder avec les flics et la Ville.

  • le 27 mars 2010 09:04 par Simon

    Tout à fait d'accord!

  • le 27 mars 2010 05:56 par Luc Ferrandez

    J'espère que ceux d'entre-vous qui disent que si les résidents sont pas contents ils n'ont qu'à aller vivre ailleurs ne sont pas sérieux. Un quartier sans résidents n'est pas un quartier. La solution, c'est que les sites qui veulent recevoir des spectacles bruyants (et j'avoue qu'on a besoin de ça aussi ) doivent être insonorisés. Les restaurants ont des hottes; les garderies ont des barrières de sécurité sur le bord des escaliers, les usines traitent leurs déchets dans des conteneurs. Que tout le monde gère ses nuisances et vivons tous ensembles.

  • le 27 mars 2010 01:38 par Benoit Rodrigue

    Personnellement je suis né dans le Mile-End et j'étais là bien avant les hipsters et toute ma famille aussi. Ce qui me dégoûte ce sont les salles de spectacles qui laissent leurs clients crier à tue-tête dans la rue, ils s'époumonent les pauvres, j'espères que les vibrations n'endommagent pas leurs tristes cerveaux. La musique, je touche du bois, n'a jamais été un problème pour moi, et jamais je ne me permettrais d'interrompre un concert. Mais votre manifeste pour le bruit il pourrait inclure les hipsters en effervescence qui crient comme des cons sans raisons? Chui sûr que sans ces pauvres bigots la moitié des plaintes contre les salles de spectacles seraient réduites.

  • le 27 mars 2010 00:14 par Anton Feathers

    Tout simplement wow.
    Quand le zoobizzare a fermé ses portes j'ai été déçu mais je peux comprendre les résident du quartier mais en même temps une petit partie de moi ce dis: "Bah pourquoi avez vous choisi d'aller vivre là?!"

    Bon je crois que je vais arrêté avant de m'emporter...
    Très bon article.

    anton feathers

  • le 26 mars 2010 23:52 par Marie-Michelle

    Je seconde également. Je n'y étais pas, mais la nouvelle s'est vite rependue aujourd'hui en ligne et par bouche à oreille. Un grand nombre de personnes sont mécontentes de cette histoire. Quelle idée d'aller s'acheter un condo tout nouveau dans le quartier des spectacles très tendance sans s'imaginer qu'il peut être bruyant et agité?

  • le 26 mars 2010 20:02 par Sach O/Son Raw

    Ces plaintes ne font qu'encourager les citoyens de notre ville d'organizer des évenements hors la loi. Ceci est un fait: le monde vont feter. Je considère que c'est préférable pour la ville de Montréal et la communauté polière que ces évenements soit dans des endroits établis et légal, mais ci sa se trouve que des situations de cette sorte soit impossbile à cause de certains individus, ils sertont simplement transférés à des endroits sans controles légales.

    C'est extremement décevant que nous soyons à cet impasse en 2010: ca fait longtemps que ceci devrait etre réglé!!!

    Sach O. Son Raw
    WWW.Passionweiss.com

  • le 26 mars 2010 19:56 par Gabriel Labelle

    J'sais pas pourquoi mais j'imagine très bien le dit plaintif ayant grandi en banlieue ou en région ! Elle serait très bonne ! :-/

  • le 26 mars 2010 19:40 par Harry

    What is sad about it is that the people giving the ticket and the people that work at the city of Montreal are people that don't even live in city. But for some reason they think they know what's best for us. We need to protest against this type of nonsense .I think all the promoters and club owners including LE GROUPE SPECTRA should organize a protest to show the City of Montreal that we will not accept this type of nonsense. But make sure to do it on Monday because all the City workers are at there cottages on the weekends!

  • le 26 mars 2010 18:59 par WADR

    je sort mon mégaphone ....

  • le 26 mars 2010 18:37 par Evelyne Drouin

    Ou est la pétiiton ???

  • le 26 mars 2010 18:02 par MaTuqueEstUnePerruque

    Le 22ième siècle te remercie de ton intervention pertinente, et se remémore ses vacances à Berlin et Barcelone avec une puissante nostalgie qui résonne en boucle dans sa tête...

  • le 26 mars 2010 17:12 par Alexandre Auché

    Pétition, pétition.... Pour information, la ville exige qu'AUCUN son du spectacle en cours ne soit audible à l'extérieur de la salle. Je penses qu'il faut se lancer dans la production de spectacles de mouches, niveau décibels ça devrait passer.
    On va quand même défendre les Duchess, Le Matos, Joakim et Why Alex Why? ce soir et si la police revient, je propose une belle émeute, au moins ils ne seront pas venu pour rien.

  • le 26 mars 2010 16:56 par Joseph

    Écrire à Gérald?

  • le 26 mars 2010 16:52 par Olivier Picard

    Dans les dents!
    Brvo pour le papier et crions haut et fort le droit de faire du bruit
    dans le QDS...
    Que peux-t-on faire de plus?

  • le 26 mars 2010 16:42 par Michel Cécyre

    J'ajouterais que le pire dans tout ça est l'hypocrisie de la ville lorsqu'elle prétend agir ainsi pour le bien-être de ses citoyens. Étrangement, le son d'une guitare dans le quartier des spectacles est intolérable mais envoyé une équipe défoncer la chaussée d'une rue à 7h le matin ce n'est pas un problème, pas plus que de déneiger en plein milieu de la nuit dans les quartiers résidentiels...

    Je ne comprendrai jamais non plus qui est assez imbécile pour élire domicile en plein coeur d'un centre-ville et espérer avoir le calme de la banlieue....y'a pas assez de places dans les banlieues???

  • le 26 mars 2010 16:37 par Mat

    Merci pour ce texte. La situation d'hier était plus que regrettable, c'était une insulte à l'artiste invité à se produire chez nous. On ne pouvait percevoir que la moitié des tracks de Benga, pionnier du son dubstep, qui s'exprime d'abord par la basse. Le son était à ce point filtré que la majorité des notes de basses n'étaient même pas perceptible, tronquant sauvagement les mélodies. Quelle prétention avons-nous avec ce 'quartier des spectacles' en recevant de manière aussi ignoble des artistes phares de la musique électronique internationale?

  • le 26 mars 2010 16:33 par Catherine Pogonat

    oui papa!
    je seconde

Bande à part / Radio-Canada n'assume pas la responsabilité du contenu des sites extérieurs en hyperlien.